Fawn Brodie – Un diable d’homme : Sir Richard Burton

L’auteur c’est attelé à une tâche des plus ardue avec tout son talent de biographe. Cela se lit comme un roman. Le personnage du livre est complexe, multiple. Ses compétences si variées de l’escrime à l’orientalisme en passant par les moeurs sexuelles, le soufisme et l’exploration de régions alors inconnues, sans parler de son don pour les langues, ne lui ont guère facilité le travail.Quand aux témoignages de l’époque difficile de savoir quand il c’est joué de l’interlocuteur pour entretenir une réputation pour le moins sulfureuse. Comme il étouffait dans la société anglaise de son époque, après une enfance en Italie et en France, il prit tout les chemins qui menait ailleurs. Ailleurs dans la pensée, les moeurs, l’espace. Moins connu que Stanley et Linvingston, il peut s’y comparer. Sur ses explorations, a voir, le film « Mountains of the Moon ». Film qui est passé sur Arte, il y a quelques années, mais introuvable en VF.Pour une version romancée de sa vie en Inde, à lire, le surprenant « Le collectionneur de mondes » de Ilija Trojanow.